FAQ

Cette section reprend et complète les informations clefs sur l’application du silicone

Conditions de mise en oeuvre

Cette recommandation est commune à tous les types d’équipements anti-inondations car les bâtiments ne sont tout simplement pas étanches. La molécule d’eau étant très petite c’est par capillarité que l’eau va progressivement migrer vers l’intérieur, par les murs, par le sol à travers le béton notamment. Ce phénomène relativement lent dépend fortement de la durée et de la hauteur d’eau bien sûr puisque la pression induite y joue un rôle décisif en accélérant la migration. Par conséquent appliquer le produit Silfast n’a plus de sens si l’eau chemine lentement par d’autres chemins que les encadrements d’ouverture pour envahir le bâtiment.

Un séjour prolongé dans l’eau ne compromet en rien la performance du silicone silfast. Pour une inondation de longue durée c’est l’étanchéité global du batiment qui importe pour limiter les dégâts. A ce titre les inondations dite de plaine, qui arrivent lentement l’hiver par la montée des cours d’eau et qui s’installent dans la durée constituent une problématique insoluble pour les résidents ou professionnels. Silfast est un produit d’urgence pour des épisodes intenses mais de courtes durée.

Silfast est un thermodurcissable c’est à dire qu’il réagit considérablement avec l’apport de chaleur. Son temps de prise dépend significativement de la température ambiante c’est pourquoi il a été proposé deux versions afin qu’il ne prenne pas trop vite l’été, et une autre pour qu’il durcisse convenablement l’hiver. Si vous utilisez la version été en dessous de 10 degrés le produit va se gélifier mais ne jamais prendre ses caractéristiques et rester trop souple pour être efficace. Si en revanche vous utilisez la version hiver en été elle va durcir quasi instantanément à 30 degrés et en quelques secondes à 25 degrés ne permettant plus l’application.

Non ça ne sera pas gérable. On peut aisément comprendre qu’il faut apporter ce qui manque, de la chaleur si c’est l’hiver et que vous avez le produit été et du froid si c’est l’été et que vous avez le produit hiver. Il est bien sûr recommandé dans certaines régions d’avoir les deux. Stocker au froid le produit hiver l’été, et stocker au chaud le produit été l’hiver peut être avoir une incidence significative mais la gestion des crises ne peut pas en laisser le temps.  Par conséquent nous ne pouvons conseiller cette technique et nous recommandons vivement d’avoir les deux versions par sécurité.

En cas de très fortes chaleurs Silfast W ne doit absolument pas être utilisé et Silfast S doit être stocké le plus possible au frais.

Nous ne pouvons pas répondre de manière catégorique à cette question mais juste donner des indications. A contrario un moyen évident de savoir si l’opération est réussie consiste à s’assurer que tout la zone à traiter a été saturé de silicone et déborde largement sur les côtés car il faut comprendre que ce sont ces débordements de produits de part et d’autre de la gorge a traiter qui offrira une surface de poussée à l’eau pour bien plaquer le joint.
Des tests ont permis de démontrer que lors d’une application mal maîtrisée les volumes d’infiltration restent faibles si l’inondation est de courte durée. Minimisant considérablement l’impact de celle ci.

Nous réflêchissons à des panneaux extrêmement rigides et légers pour le coût de transport qui viendraient enrichir la gamme pour ce type de schémas car oui Silfast se prête parfaitement à l’étanchéité d’un simple panneau. Vous pouvez utiliser un batardeau réalisé au moyen d’un panneau rigide (idéalement 30 mm de large pour une porte) jointé ensuite à l’aide du silicone Silfast, vous obtiendrez d’excellents résultats si son ancrage est assuré sans mobilité.
Mais vous restez responsable du matériau choisi qui ne doit présenter aucune flexion susceptible de faire bouger le joint et de favoriser par conséquent des infiltrations.

Oui Silfast permet de répondre à bien d’autres problématiques d’étanchéité temporaire en permettant le moulage d’une zone possible d’infiltration. Il faut juste respecter quelques règles communes :
– appliquer sur un support en faisant déborder très largement le silicone de la zone à traiter
– éviter les espacements à combler trop importants
– apporter de l’épaisseur pour donner de la rigidité au silicone (d’autant plus important avec des espacements importants)

Oui il était capital de développer un silicone qui ne colle pas pour préserver les biens et retrouver instantanément des locaux exploitables, habitables. En revanche si votre support est déjà altéré, peinture vieillissante, mur qui s’effrite ou avec une tenue médiocre ce la peut générer des décollements car le silicone Silfast fonctionne comme une ventouse. En cas de doute ne pas exercer une traction directe mais amorcer un décollement par pelage qui n’induit pas du tout les mêmes contraintes.
Par contre sur les supports poreux types béton non traités, le silicone par la présence d’huile peut tâcher et donner une teinte plus foncée à la zone traitée ce qui au regard du sinistre évité reste un inconvénient mineur mais doit être néanmoins utilisé en connaissance de cause.

Oui, et c’est l’analyse objective de votre situation qui doit vous conduire à envisager l’emploi ou non. Les situations où la gorge a combler est trop importante, le silicone aurait du mal à ne pas bouger, et surtout la consommation serait considérable et couteuse, ou celles ou elle serait beaucoup trop fine, l’ancrage serait insuffisant. Les situations où la porte conserve une certaine mobilité et ne peut véritablement bloqué.

Cette recommandation est commune à tous les types d’équipements anti-inondations car les bâtiments ne sont tout simplement pas étanches. La molécule d’eau étant très petite c’est par capillarité que l’eau va progressivement migrer vers l’intérieur, par les murs, par le sol à travers le béton notamment. Ce phénomène relativement lent dépend fortement de la durée et de la hauteur d’eau bien sûr puisque la pression induite y joue un rôle décisif en accélérant la migration. Par conséquent appliquer le produit Silfast n’a plus de sens si l’eau chemine lentement par d’autres chemins que les encadrements d’ouverture pour envahir le bâtiment.

Un séjour prolongé dans l’eau ne compromet en rien la performance du silicone silfast. Pour une inondation de longue durée c’est l’étanchéité global du batiment qui importe pour limiter les dégâts. A ce titre les inondations dite de plaine, qui arrivent lentement l’hiver par la montée des cours d’eau et qui s’installent dans la durée constituent une problématique insoluble pour les résidents ou professionnels. Silfast est un produit d’urgence pour des épisodes intenses mais de courtes durée.

Silfast est un thermodurcissable c’est à dire qu’il réagit considérablement avec l’apport de chaleur. Son temps de prise dépend significativement de la température ambiante c’est pourquoi il a été proposé deux versions afin qu’il ne prenne pas trop vite l’été, et une autre pour qu’il durcisse convenablement l’hiver. Si vous utilisez la version été en dessous de 10 degrés le produit va se gélifier mais ne jamais prendre ses caractéristiques et rester trop souple pour être efficace. Si en revanche vous utilisez la version hiver en été elle va durcir quasi instantanément à 30 degrés et en quelques secondes à 25 degrés ne permettant plus l’application.

Non ça ne sera pas gérable. On peut aisément comprendre qu’il faut apporter ce qui manque, de la chaleur si c’est l’hiver et que vous avez le produit été et du froid si c’est l’été et que vous avez le produit hiver. Il est bien sûr recommandé dans certaines régions d’avoir les deux. Stocker au froid le produit hiver l’été, et stocker au chaud le produit été l’hiver peut être avoir une incidence significative mais la gestion des crises ne peut pas en laisser le temps.  Par conséquent nous ne pouvons conseiller cette technique et nous recommandons vivement d’avoir les deux versions par sécurité.

En cas de très fortes chaleurs Silfast W ne doit absolument pas être utilisé et Silfast S doit être stocké le plus possible au frais.

Nous ne pouvons pas répondre de manière catégorique à cette question mais juste donner des indications. A contrario un moyen évident de savoir si l’opération est réussie consiste à s’assurer que tout la zone à traiter a été saturé de silicone et déborde largement sur les côtés car il faut comprendre que ce sont ces débordements de produits de part et d’autre de la gorge a traiter qui offrira une surface de poussée à l’eau pour bien plaquer le joint.
Des tests ont permis de démontrer que lors d’une application mal maîtrisée les volumes d’infiltration restent faibles si l’inondation est de courte durée. Minimisant considérablement l’impact de celle ci.

Nous réflêchissons à des panneaux extrêmement rigides et légers pour le coût de transport qui viendraient enrichir la gamme pour ce type de schémas car oui Silfast se prête parfaitement à l’étanchéité d’un simple panneau. Vous pouvez utiliser un batardeau réalisé au moyen d’un panneau rigide (idéalement 30 mm de large pour une porte) jointé ensuite à l’aide du silicone Silfast, vous obtiendrez d’excellents résultats si son ancrage est assuré sans mobilité.
Mais vous restez responsable du matériau choisi qui ne doit présenter aucune flexion susceptible de faire bouger le joint et de favoriser par conséquent des infiltrations.

Oui Silfast permet de répondre à bien d’autres problématiques d’étanchéité temporaire en permettant le moulage d’une zone possible d’infiltration. Il faut juste respecter quelques règles communes :
– appliquer sur un support en faisant déborder très largement le silicone de la zone à traiter
– éviter les espacements à combler trop importants
– apporter de l’épaisseur pour donner de la rigidité au silicone (d’autant plus important avec des espacements importants)

Oui il était capital de développer un silicone qui ne colle pas pour préserver les biens et retrouver instantanément des locaux exploitables, habitables. En revanche si votre support est déjà altéré, peinture vieillissante, mur qui s’effrite ou avec une tenue médiocre ce la peut générer des décollements car le silicone Silfast fonctionne comme une ventouse. En cas de doute ne pas exercer une traction directe mais amorcer un décollement par pelage qui n’induit pas du tout les mêmes contraintes.
Par contre sur les supports poreux types béton non traités, le silicone par la présence d’huile peut tâcher et donner une teinte plus foncée à la zone traitée ce qui au regard du sinistre évité reste un inconvénient mineur mais doit être néanmoins utilisé en connaissance de cause.

Oui, et c’est l’analyse objective de votre situation qui doit vous conduire à envisager l’emploi ou non. Les situations où la gorge a combler est trop importante, le silicone aurait du mal à ne pas bouger, et surtout la consommation serait considérable et couteuse, ou celles ou elle serait beaucoup trop fine, l’ancrage serait insuffisant. Les situations où la porte conserve une certaine mobilité et ne peut véritablement bloqué.

Questions sur l’application

Le silicone est volontairement non adhérent pour préserver l’intégrité des supports sur lesquels il est appliqué par conséquent il ne peut être appliqué depuis l’intérieur puisque l’eau cherchant à entrer va le pousser. En revanche en extérieur la pression de l’eau accentue son maintien. En conclusion la solution Silfast impose de condamner temporairement l’ouvrant.

Non en aucun cas car tout l’enjeu est d’avoir une solution d’étanchéité rapide mais temporaire autrement dit qui permet de retrouver son habitat ou son bâtiment intact après l’épisode météorologique. Pour cette raison le joint ne peut être adhérent pour préserver les supports, il doit pouvoir être enlevé aisément, par simple traction. En intérieur la pression de l’eau croissante favoriserait le décollement du joint alors qu’en extérieur elle accentue la pression sur le joint ancré dans l’encadrement ce qui est conforme au principe de l’étanchéité.

Oui mais il faut garder à l’esprit que la qualité de l’application se fait par un lissage dans un deuxième temps donc pas de panique si vous n’arrivez pas à déposer de manière régulière et maitriser le silicone. Il est aisée de le faire sortir de la cartouche pour le déposer le long de la gorge à combler. C’est une opération basique ne posant aucune difficulté. En revanche quand l’espace a comblé est important (supérieure à 3 mm) c’est plus difficile à maîtriser car on manque d’appui, on doit combler du vide. Mais cette approximation a la dépose sera largement corrigée par l’opération de lissage. Ce qu’il faut comprendre c’est que contrairement à un joint d’étanchéité habituel, dans le cas présent on recherche l’efficacité donc la saturation et certainement pas l’esthétique. Et le volume a déposé sera d’autant important que la gorge a comblé sera importante.

L’opération de lissage qui suit la dépose du produit vise à forcer son insertion dans la gorge et à harmoniser sa répartition pour s’assurer que l’appui de l’eau sera optimisée. Le silicone doit remplir la gorge et déborder largement sur les côtés.

C’est juste que nous refusons ce type de prescriptions. La nature du produit n’évolue pas avec la hauteur d’eau, l’augmentation de la pression induite n’a pas d’incidence négative sur le produit mais elle impose des limites.
Cela peut dans certains cas, induire une flexion sur la porte ou le batardeau qui aura pour conséquence de faire bouger le joint est de générer une fuite plus ou moins importante, plus ou moins acceptable selon la durée de la crue. Le joint ne doit en aucun cas bouger puisqu’il est non adhérent, il n’a pas vocation à coller la porte ou à la retenir. Mais quand l’ouvrant, la porte ou le batardeau est extrêmement rigide ce problème ne doit pas avoir lieu.
Ensuite l’augmentation de la pression impose la maîtrise parfaite de l’application, autrement dit les exigences de qualité lors de la dépose rendent le résultat plus aléatoire. En dessous de 40 cm la pression étant faible les chances de parvenir à une bonne application sont optimales, au-delà il y a des risques que vous n’ayez pas parfaitement gérer l’application générant des fuites. Les tests concluants ont souvent été évalués sans feuillures d’appui, des conditions fortement défavorables avec un passage directe pour l’eau. Avec un appui sur une feuillure, qui représentent la majorité des portes les conditions sont excellentes pour l’appui du joint.

Dans cette logique et plus généralement il faut bien comprendre que l’efficacité de Silfast va dépendre fortement du volume de dépose pour réaliser un joint et surtout de la géométrie de la porte et de son encadrement. Il ne faut donc pas être minimaliste et saturer grossièrement la zone d’infiltration avec le silicone pour maximiser ses chances de sécurisation.

On pourrait considérer que le temps de prise est trop court et que l’urgence n’est pas à deux minutes près. Pourtant c’est une caractéristique essentielle. Si le temps de prise est court, le temps de durcissement est court. Et à l’inverse s’il est long, le temps de durcissement est long, très long voire compromis s’il fait froid. Le produit fonctionne avec la température. Quelques mintues de plus à la prise en gel (stade ou le produit n’est plus manipulable) et ce sont des dizaines de minutes en plus au durcissement. Par conséquent la gestion de l’urgence n’existe plus. Cette contrainte de rapidité du temps de prise garantie un produit bien durci rapidement.
Si ce point a été évoqué dans la page dédié au concept il peut être bon de rappeler les principes parfois surprenants. En effet l’enjeu est d’étanchéifier mais sans adhérer pour parvenir à une étanchéité temporaire. En extrudant la cartouche c’est à dire en la vidant au moyen d’un pistolet on assure le mélange du produit que l’on vient déposer dans l’encadrement de la porte ou dans l’espacement à traiter. En réalisant cette opération on permet au silicone de s’insérer parfaitement dans ce qui va avoir pour fonction de réaliser un ancrage mécanique ; mais pas seulement. Sur les zones périphériques ou latérales au-delà des faibles liaisons avec le support, la pression atmosphérique joue aussi son rôle puisque lors de la dépose on évacue l’air entre le support et le silicone. Il n’y a donc pas de contre pression pour l’empêcher de tenir un peu comme dans le cas d’une ventouse. Quand l’eau arrive elle cherche naturellement tout passage possible mais assure aussi une pression sur celui ci qui est contrainte à toute possibilité de décollement du joint.

Clairement non, le repositionnement serait aléatoire, trop approximatif et totalement inopérant si la porte comportait le moindre décalage même imperceptible à la fermeture. En outre cela ne saurait être réalisable qu’avec des ouvrants comportant de gorges importantes permettant de » clipser » le joint. Mais jamais l’efficacité initiale ne serait atteinte. L’enjeu est vraiment de mouler avec exactitude l’encadrement pour assurer son étanchéité. Par conséquent l’opération doit être répétée dans le cas d’une nouvelle alerte météo et le joint de peut être conservée. L’accessibilité du produit en termes de coût permet de pallier à cette contrainte.

Cela dépend beaucoup de la température vous l’aurez compris, mais on peut donner des valeurs approximatives et non contractuelles. Cependant il faut distinguer deux temps, celui de l’application proprement par exemple deux minutes à 23 degrés avant qu’il ne gélifie et ne soit plus applicable et son temps de durcissement complet pour apporter le bénéfice requis en terme d’étanchéité.
L’un et l’autre étant interdépendant, nous l’avons évoqué, il est intéressant d’avoir toujours un temps de dépose assez court pour être sûr d’avoir un délai de durcissement lui aussi assez court. Ce que l’on obtient pas avec Silfast 2M en plein hiver et qui impose de passer à la version 15S dédié aux températures froides.

Dès lors que vous avez un ouvrant dont vous consentez à condamner l’ouverture le temps de l’épisode pluvieux, que cette porte ne présente ni flexion, ni mobilité (bien calé en butée dans son ancrage), des espacements à combler inférieur à 10 mm et que visuellement vous constatez que vous avez accès à l’ensemble des gorges de l’encadrement à traiter (attention exception) Silfast est adaptée à votre situation.

Oui essentiellement les caoutchouc naturels, le latex, les produits souffrés, les amines des epoxies. En dehors des caoutchoucs il est rare de rencontrer ces produits sur des ouvrants.
Voici néanmoins la liste:

A développer

Si elles vous semblent longue rassurez vous ces produits se rencontrent très rarement sur les supports à traiter et en cas de contact accidentel seul la fine couche au contact est concernée, l’essentiel du joint durcit convenablement par cette inhibition.

Dans quel cas je ne dois pas utiliser le silicone Silfast ?
Si vous habitez une zone fréquemment touchée par des inondations il est sûrement plus judicieux de s’équiper de batardeaux ou d’équipements solides avec des installations durables. Dans les autres cas lorsque vous ne répondez pas aux critères et recommandations établies dans la rubrique « maitriser » l’application.

Mais on peut cependant inviter à la prudence sur:

  • Des portes présentant des charnière volumineuse en extérieur qui rendent l’application totalement aléatoire
  • Des portes disposant

La question serait plutôt quel bénéfice j’aurai à passer sur de plus gros conditionnements. Le prix mais ça suppose l’achat d’un pistolet spécial et la rapidité de traitement. Bien souvent quelques cartouches en 265 peuvent suffire. Cela dépend du nombre ou de la taille des ouvertures à traiter. S’il y a beaucoup de zones à traiter donc une certaine urgence pour sécuriser le tout la réflexion a tout sons sens. Les cartouches 400 cc et 600 cc offrent de plus gros débits et un meilleur confort d’application avec des pistolets disposant de plus de force par conséquent l’application est facilitée, mieux maitrisée. L’idéal pour les locaux importants ou les traitements multipliés locaux de collectivités par exemple le pistolet pneumatique ou sur batterie qui est incontournable pour tout sécuriser rapidement.

Comme tout produit chimique les cartouches Silfast comportent une date limite d’utilisation. Nous avons conscience que le renouvellement est une charge pour maintenir la prévention de votre local/maison tout comme un extincteur qui réclame une révision et le contrôle ou changement de sa cartouche de gaz.

Afin de vous simplifier la vie, nous vous informons quand le renouvellement doit avoir lieu et nous vous faisons bénéficier une forte remise pour le remplacement de vos produits. Nous pouvons aussi dans une démarche écoresponsable reprendre vos cartouches inutilisés pour en assurer le traitement.